EP 24 / Bout du monde P.Q. ou l’art de remodeler le tourisme d’aventure, selon Karavaniers

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

On peut se demander ce qui attend dans les prochains mois et années les entreprises qui oeuvrent en tourisme d’aventure, littéralement stoppées dans leurs activités par la pandémie liée à la COVID-19.

Pour l’épisode 24 de L’Appel de l’aventure, Jean-Sébastien s’est intéressé à la question en compagnie de Richard Rémy, fondateur des Karavaniers. Entretien avec un aventurier et un homme d’affaires qui ne craint pas de prendre les devants pour traverser la tempête.

Car tandis que les frontières restent hermétiques et que tout l’univers du voyage est chamboulé par la crise sanitaire, les touristes doivent repenser leur façon de voyager. Et les entreprises qui organisent leurs aventures aussi.

Le kayak de mer fera partie de l’offre nouvelle des Karavaniers. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Déterminés à relever le défi et à créer du positif dans la foulée, malgré la situation difficile, les Karavaniers ont décidé de faire vivre l’exotisme du bout du monde grâce à de nouvelles destinations dépaysantes, ici même au Québec et au Canada.

Jouer aux touristes chez nous et découvrir comme jamais notre province et notre pays? C’est le pari que fait Richard Rémy.


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence!

EP 23 / Le vrai 1000 km de la fausse traversée du Tennessee de Pierre Beauregard

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

On le constate, le confinement limite et chamboule bien sûr les plans des sportifs et des organisateurs d’événements de partout au monde, mais la situation amène également une créativité intéressante au coeur de tout ça.

Jean-Sébastien vous propose donc pour l’épisode 23 de L’Appel de l’aventure de retrouver sur la route et dans l’action l’aventurier, l’athlète d’endurance, l’auteur et le conférencier Pierre Beauregard (pleinairenor.ca), que l’on vous avait présenté à l’épisode 06.

Pierre Beauregard — Photo tirée de Facebook

Beauregard participe depuis le 1er mai à la Grande traversée virtuelle du Tennessee, ou si vous préférez The Great virtual race across Tennesse, une épreuve de 1000 km imaginée par le mythique Lazarus Lake, le génie fou derrière le légendaire Barkley Marathon.

D’un coup de clavier pendant la crise sanitaire, alors que son événément venait d’être annulé, Lake a lancé ce défi virtuel sur les réseaux sociaux.

Au moment de diffuser l’épisode, ils étaient plus de 18 000 participants à travers le monde, commis dans cette aventure basée sur l’honneur.

Dans le coin de Granby, Pierre Beauregard s’est fixé un échéancier serré et il allonge la foulée en espèrant compléter la distance en une vingtaine de jours.

En chemin le 7 mai, il nous raconte les dessous de ce nouveau défi qu’il s’est lancé.


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence!

EP 22 / L’escalade bousculée par la COVID-19: entretien avec le grimpeur et représentant Jean-Pierre Ouellet

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Alors que les restrictions liées à la pandémie commencent tranquillement à être levées, Jean-Sébastien s’entretient de la situation et de ses effets avec le sympathique Jean-Pierre Ouellet, grimpeur et représentant de produits d’aventure (La Sportiva, Sterling et OnSite), bien connu dans le milieu.

Jean-Pierre Ouellet en action dans Stingray (5.13+) — Photo tirée d’Instagram 

Rejoint dans les Laurentides où il passe la période de confinement à notamment s’entraîner sur son mur intérieur dans son garage (voir photo ci-dessous), le spécialiste de l’escalade de fissures fait un constat lucide des défis qui se dressent à l’horizon.

Un entretien qui touche autant l’univers de l’escalade que celui du commerce spécialisé dans les sports de plein air, puisque Jean-Pierre gravite entre les deux depuis une bonne vingtaine d’années.


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence!

EP 21 / Plongeon dans l’univers du cinéaste sous-marin Mario Cyr

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Au programme de l’épisode 21 de L’Appel de l’aventure, nous vous proposons de plonger en notre compagnie à la rencontre du cinéaste sous-marin Mario Cyr.

Mario Cyr dans son élément; dans l’eau glacé et avec une caméra dans les mains. — Photo Jean-Benoit Cyr (www.plongeealpha.com)

Comme quoi la pandémie a parfois de bons côtés, Jean-Sébastien et Sébastien ont pu attraper Mario chez lui aux Îles-de-la-Madeleine, où il profite du confinement en se gardant occupé et actif.

Bien que ses expéditions, tournages et conférences au programme sont actuellement en suspens, l’explorateur de réputation internationale profite de la pause forcée avec philosophie et sa bonne humeur habituelle.

Partez donc avec nous pour les Îles le temps d’un entretien sympathique avec un homme grandement inspirant.

Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com


Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence!

EP 20 / Dans les coulisses de l’émission «Expédition kayak» avec les gars de Québec Connection

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Coup de coeur télévisuel du moment pour plusieurs, l’émission Expédition kayak avec les pagayeurs du collectif Québec Connection attire l’attention d’un large public actuellement.

Bien connus dans l’univers des sports d’eau vive depuis presque 10 ans, les gars de Québec Connection passent ainsi à la vitesse supérieure ce printemps et crèvent l’écran à bord de leur kayak de rivière.

Pour un reportage en 2016, j’avais rencontré quelques-uns des kayakistes de Québec Connection, dont Billy Thibault et Emrick Blanchette.

L’émission en cours de diffusion, il était plus que temps de reprendre contact avec ces deux membres fondateurs du collectif pour jaser des dessous de cette production télé à ne pas manquer durant le confinement.

La spectaculaire série de 10 épisode est diffusée le jeudi à 21h — et en reprise sur demande — sur UnisTV.

Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com


Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence!

EP 18 – EXTRA / Déjouer la COVID-19 en voilier à l’autre bout du monde

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

En complément à l’épisode précédent, L’Appel de l’aventure vous propose un entretien en direct des îles Marshall, dans le Pacifique, où Marcus Forns est réfugié avec sa famille depuis quelques mois. Le navigateur de Québec raconte à Jean-Sébastien les effets de la pandémie liée à la COVID-19 dans ce coin du monde.

En compagnie de sa femme Johanne et de leurs sept enfants âgés de 3 à 15 ans, l’aventurier est habitué aux aléas de la nature, au confinement et à l’isolement.

Mais après presque quatre ans à sillonner les mers, ceux qui sont connus sur les réseaux sociaux comme Brume et Pinocchio autour du monde font maintenant face à un ennemi bien surprenant dans ce tour du monde.

Bonne écoute!

Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com


Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence: www.jsmassicotte.com/lappeldelavent…tez-le-podcast

EP 17 / COVID-19: casse-tête au Québec Méga Trail et suggestions d’activités avec Joanie St-Pierre

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

L’urgence sanitaire liée à la pandémie de la COVID-19 entraîne de nombreux chamboulements et une adaptation de tous. Pour son 17e épisode, L’Appel de l’aventure s’intéresse à la situation.

Dans un premier temps, Jean-Sébastien et notre collaboratrice Joanie St-Pierre de Ti-Mousse dans Brousse vous proposent des suggestions de choses à faire, à voir et à découvrir avec petits et grands, durant cette période de confinement.

Des exemples?

De bons films d’ici et d’ailleurs à découvrir gratuitement, comme ceux des cinéastes de Québec Mélanie Carrier et Olivier Higgins de Mö Films…

De belles initiatives pour garder la forme et se distraire en respectant la distanciation sociale…

Des outils pour occuper petits et grands…

Bref, écoutez l’épisode pour découvrir ces suggestions qui sauront assurément agrémenter votre temps en confinement.

Vous connaissez d’autres belles initiatives? Faites-nous en part!

Puis, alors que tout est en suspens pour les grands événements sportifs à travers le monde, Jean-Sébastien s’entretient avec l’organisateur du Québec Méga Trail et directeur de courses en sentier Jean Fortier, qui nous raconte les conséquences de la pandémie et les divers scénarios avec lesquels il doit jongler en attendant le retour à l’action de la communauté de coureurs.

Bonne écoute!

Illustration: Emma-Ève Massicotte


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence: www.jsmassicotte.com/lappeldelavent…tez-le-podcast

Soyez des héros: restez tranquilles (autour de) chez vous

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Je vais briser le punch tout de suite et vous dévoiler directement le message de cette chronique: restez tranquilles (autour de) chez-vous.

Sportifs et aventuriers, jouez ainsi aux vrais héros. Évitez de vous mettre à risques et ne voyagez pas pour pratiquer vos activités de plein air.

Que vous en ayez conscience ou non sur le coup, vous allez sauver des vies en agissant de la sorte. Ça n’a jamais été aussi vrai.

Le port du masque à une époque pas si lointaine où le ski était encore une bonne idée. — Photo Jean-Sébastien Massicotte

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, je suis découragé de voir le nombre de personnes qui ne saisissent pas l’ampleur de la crise et surtout minimisent l’importance des mesures mises en place pour l’enrayer.

Plus d’une semaine après le début de l’urgence sanitaire, de trop nombreuses publications sur les réseaux sociaux sont notamment des demandes de suggestions de sorties, de conseils sur des destinations pour «profiter» de cette période d’arrêt forcé.

Si vous ignorez où vous devriez randonner, courir, rouler ou skier, je vais vous suggérer l’ultime réponse universelle: restez (autour de) chez vous.

D’autres publient leurs aventures en montagne, parfois même sur des pistes désertes — et fermées — de centres de ski.

Il s’en suit immanquablement un débat sous ces publications entre ceux jugés comme «paranoïaques» et les «inconscients».

«Ça ne tuera pas personne que j’aille skier. C’est fermé et il n’y a personne!»

«Oui, mais je sors seul avec mon enfant. Pis si on fait rien, on va virer fou!»

«Je ne frencherai pas d’arbres, promis!»

«J’ai l’expérience, je suis habitué…»

Cette façon de voir les choses doit cesser. Car oui, en agissant en plein air de manière aussi individualiste, il y aura des conséquences.

Je parle de ski, de raquette, mais avec le printemps qui s’installe, c’est aussi de course en sentier dont il est question.

Pas que la course soit dangereuse a priori. C’est même un excellent moyen de ne pas virer dingue durant ces temps troubles. Mais notamment les déplacements d’un coin de la ville à l’autre pour aller s’aérer en espadrilles peuvent devenir problématiques.

Et avec le nombre de parcs et de sentiers qui ferment complètement, les sportifs qui demandent conseil sur les réseaux sociaux seront regroupés davantage, bien qu’ils assurent vouloir sortir seuls.

Plein de gens «seuls» au même endroit, ça fait quand même beaucoup de gens ensemble

Les risques n’en valent pas la peine.

Je ne veux pas être moralisateur, mais ne devenez pas le 31e patient.


Au début de la crise, j’ai moi-même été tenté de fuir la pandémie, ne serait-ce que quelques heures, en forêt. Profiter notamment de la tranquillité du parc national de la Jacques-Cartier, que je connais comme le fond de ma poche. Et pourtant…

Du ski, de la course, de la raquette ou encore de la randonnée. Je peux faire aisément l’aller-retour de mon domicile au coeur du parc sans avoir à faire le plein ou encore même devoir arrêter.

Et normalement sans me faire mal.

Notez ici le «normalement»…

Car il n’y plus rien de normal actuellement. Une mauvaise chute en ski, même accompagné de quelqu’un pour sonner l’alerte et aider, serait vite catastrophique.

Ou imaginez un simple enlisement sur la route d’accès (ça m’est arrivé l’hiver dernier). De quoi transformer une anecdote en situation fort délicate, qui mobiliserait encore d’autres personnes et les mettrait à risques inutilement.

Alors qu’on se comprenne bien: la science et le bon sens civique sont clairement du côté des «paranos» en ce moment.

Ça ne veut pas dire de rester entre quatre murs en permanence, mais concentrez vos activités au grand air autour de chez vous.

Le pire de la crise en encore devant nous et notre seule option face à ce foutu marathon est d’agir pour freiner le virus. Et tout faire pour minimiser ses conséquences pour la population.

Et au-delà de l’isolement volontaire, je me répète, ça signifie ne pas se mettre à risque inutilement.

Ski, escalade, vélo… Imaginez s’il fallait que votre sport préféré vous amène à l’hôpital présentement? Laissez donc la place à une grand-mère fragile ou encore à un enfant atteint de troubles pulmonaires.

J’ai malheureusement en tête les visages de plein de gens que je connais et qui sont à risques. Vous aussi, vous en avez en ce moment.


C’est vrai, la perception du risque est bien relative. Pour certains, aller à l’épicerie est désormais un sport extrême. Mais pour d’autres, la vie active et sportive serait business as usual si ce n’était pas de ces maudites fermetures un peu partout.

Pour les plus téméraires — ou inconscients, c’est selon —, peut-être que le message ne passera jamais. Ou à tout le moins pas tout de suite.

Mais de grâce, épargnez les réseaux sociaux de vos «exploits» durant la période d’isolement volontaire. Inutile d’ajouter la preuve que vous n’avez rien compris.

Et surtout, ça évitera de donner de mauvaises idées à d’autres, qui pourraient croire à tort qu’on peut baisser la garde.

Aux administrateurs de groupes et de pages liés aux activités de plein air, sur Facebook notamment, jouez avec attention votre rôle de modérateurs pour empêcher la désinformation et les mauvais comportements.

Certains sont déjà passés à l’action et c’est tout à leur honneur. Bravo!

Les urgences débordées, l’Italie, l’Espagne et la France ont désormais interdit l’usage sportif du vélo. La France vient aussi de limiter la pratique du jogging à des sorties de maximum deux kilomètres autour de la maison.

Nous n’en sommes pas là, mais restez (autour de) chez vous.

Plus les directives des autorités seront suivies, meilleures sont nos chances de passer à travers la crise rapidement.

Ça signifie un peu moins de sports et d’action dans l’immédiat, c’est sûr.

Mais ces sacrifices permettront de retrouver plus rapidement un semblant de vie normale, avec moins de limitations.

Ici au Québec, nous avons eu la «chance» de voir venir de loin le problème à partir de l’Asie, puis de l’Europe. Et d’apprendre des bons coups et des erreurs.

Mais malgré des actions rapides et bien structurées, nos autorités ont un retard à combler pour contenir le virus.

Alors dans ce difficile combat, n’en rajoutons pas.

Restons à la maison.

Épisode 16/ La leçon de courage de Yannick Limary et l’Académie des explorateurs Vaolo avec Joanie St-Pierre

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Une histoire de courage et de résilience est au programme du 16e épisode de L’Appel de l’aventure.

En effet, nous recevons le cinéaste Yannick Limary, blessé gravement l’hiver dernier aux vertèbres et à la moëlle épinière dans un bête accident de planche à neige dans le backcountry.

Son histoire nous avait beaucoup touché l’hiver dernier, tandis que le résident de L’Anse-Saint-Jean tentait de retrouver ses moyens, lui qui était devenu tétraplégique.

Pendant sa convalescence, il a documenté ses progrès avec la ferme intention de reprendre le contrôle de son corps. Une histoire inspirante à découvrir.

Mais avant à L’Appel de l’aventure, notre collaboratrice Joanie St-Pierre revient derrière le micro pour nous présenter le plus récent projet sur lequel elle travaille, l’Académie des explorateurs Vaolo.

Et profitez de l’offre qu’elle fait aux auditeurs du podcast! Pour tous les détails, écoutez Jean-Sébastien dans le segment expliquer la procédure pour courir la chance d’obtenir un acccès pour deux personnes aux essentiels de l’Académie, durant une formation spéciale qui se tiendra les 8 et 9 mai.

Côté actualités en ouverture, Sébastien nous parle d’une controverse qui fait gronder la communauté des explorateurs polaires.

Un article critique du National Geographic n’a pas plu à l’aventurier Colin O’Brady. Fake news, a-t-il jugé et il a demandé rétractation.

Un geste qui n’est pas passé inaperçu et plusieurs des plus grands explorateurs et aventuriers polaires ont choisi de dénoncer cette tentative de museler la presse, dénonçant au passage les exagérations de O’Brady.

Signataire de la lettre d’appui à l’auteur du texte du National Geographic, Sébastien Lapierre nous explique la situation.

Enfin, Jean-Sébastien revient sur le phénomène de la contrefaçon des vêtements techniques, un dossier qu’il a rédigé pour le magazine Espaces (www.espaces.ca/articles/equipeme…r-une-contrefacon).

Bonne écoute!


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence: www.jsmassicotte.com/lappeldelavent…tez-le-podcast

Épisode 15 / Lancement de la saison 02 du podcast et fat bike longue distance avec l’Expédition Québec Plein Nord

Suivez-moi
Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Nous sommes de retour! C’est avec grand bonheur que nous vous retrouvons pour la saison 02 de L’Appel de l’aventure.

Pour cet épisode inaugural de 2020, Jean-Sébastien et Sébastien lancent la nouvelle saison de votre podcast plein air et en profitent pour d’abord revenir sur ce qu’ils ont fait de marquant dans les dernières semaines.

Dans un premier temps, Sébastien nous parle de son passage sur le lac Saint-Jean pour le Double défi des deux Mario, de la fondation Sur la pointe des pieds.

De son côté, Jean-Sébastien a suivi une formation de sécurité en avalanche. Un cours théorique et pratique qui a confirmé l’importance de maîtriser certaines compétences avant d’aller jouer en montagne.

Les textes mentionnés par Jean-Sébastien dans ces segments: l’histoire du Double défi publié dans Le Soleil et le touchant témoignage d’Adam Campbell, dont la femme est décédée dans une avalanche en janvier.

Sur une note plus joyeuse, Sébastien a pu nous en dire un peu plus sur son passage à l’émission Expédition Extrême, sur les ondes de Z Télé. L’épisode le mettant en vedette sera diffusé le mercredi 11 mars, à 20h.

À voir la bande-annonce de cette quatrième saison qui s’amorce le mercredi 4 mars, l’émission animée par Francis Bouillon sera fort intéressante à suivre.

En deuxième segment du podcast, Jean-Sébastien et Sébastien s’entretiennent avec Simon-Pierre Goneau, de l’Expédition Québec Plein Nord, qui tente actuellement de relier en fat bike les points les plus au sud et au nord du Québec.

Une sortie de vélo d’environ 2800 km dans le froid, les glaces, la solitude… et les ours polaires!

Merci d’être au rendez-vous. Bonne nouvelle saison et bonne écoute!


Épisode présenté en collaboration avec www.arcteryx.com et avec la boutique www.pagaiequebec.com

Podcast hébergé sur Soundcloud: @lappeldelaventure


Vous avez aimé cet épisode? Partagez la baladodiffusion sur vos réseaux, commentez-la et contribuez du coup à faire entendre L’Appel de l’aventure.

Et vous aimez VRAIMENT notre projet, principal podcast plein air indépendant au Québec? Faites une différence: www.jsmassicotte.com/lappeldelavent…tez-le-podcast