Folie pour un ustensile de camping

Quoi de plus banal qu’un simple ustensile de camping. Même en format «spork», le classique combo cuillière-fourchette, il n’y a pas de quoi s’exciter. Normalement…

Et pourtant, la plus récente campagne de socio financement de Hadron Gear cartonne au max comme disent les Français.

En effet, les supporteurs de la campagne pour la Morsel Spork Metal sont là en force. Avec un peu moins d’un mois à faire, le projet est financé… à plus de 450%!

L’équipe de Hadron Gear espérait lever 13 250 $CAN. Actuellement, le montant s’élève déjà à près de 60 000 $CAN!

La Morsel Spork originale en plastique — Photo Hadron Gear

Il faut dire que pour cette deuxième version de la Morsel Spork — après celle en plastique qui avait permis d’amasser près de 160 000 $ auprès de 5400 acheteurs — a de quoi plaire.

En un seul ustensile, une fourchette, une cuillère et une spatule pour racler efficacement le fond des plats et des sacs de vos mets préférés.

C’est là tout l’attrait de la gamme imaginée par Hadron Gear. Un simple ustensile, mais mieux pensé pour les besoins des utilisateurs en plein air. Et les autres aussi.

En aluminium, la nouvelle Morsel est résistante et légère. Elle sera disponible en quatre versions: deux longues et deux courtes, avec ou sans embout en silicone.

Les quatre versions de la Morsel Spork Metal — Photo Hadron Gear

En prévente durant la campagne, la Morsel Spork Metal se vend à partir de 16 $US (21,15 $CAN).

Bon appétit!


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur SoundcloudSpotifyiTunesGoogle Play Music , Stitcher ou à JSMassicotte.info.

Un planchiste en (très) mauvaise posture à Blackcomb

On pourrait d’abord croire à un habile trucage vidéo. Pourtant, la séquence aurait bel et bien été filmée il y a quelques semaines dans le secteur Spanky’s Ladder, à Blackcomb en Colombie-Britannique.

Position pour le moins précaire pour ce planchiste en visite à Blackcomb. — Photo tirée d’une vidéo Instagram @olivierartnsnow

Sur le images du Montréalais Olivier Roy, un planchiste se retrouve coincé à flanc de montagne. La position du pauvre est si précaire qu’on arrive mal à imaginer comment il a pu se retrouver perché à pareil endroit.

Sur Instagram, Roy assure que le malheureux s’en est sorti sans dommage. Il a cependant fallu les efforts de six ou sept patrouilleurs pour aller le chercher en rappel, rien de moins. Une opération qui aurait duré un bon moment.

Gageons que le planchiste évitera désormais le secteur…


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur SoundcloudSpotifyiTunesGoogle Play Music ou à JSMassicotte.info.

Première descente en parapente après l’ascension du mythique Cerro Torre

Comme si gravir le mythique Cerro Torre, en Patagonie, n’était pas déjà assez exceptionnel, le grimpeur professionnel Fabian Buhl en a ajouté une couche la semaine dernière.

Une fois au sommet de l’aiguille qui culmine à 3128 m, l’Allemand de 29 ans a étendu la voile de son parapente sur la neige du sommet avant de s’élancer dans le vide. Une première.

Fabian Buhl durant sa descente en parapente du Cerro Torre — Photo tirée d’une vidéo

Et pour cause, même dans des conditions idéales l’opération reste délicate et incertaine. Mais quand tout va pour le mieux, un grimpeur et parapentiste peut quitter cet environnement hostile à vitesse grand V.

Parlez-en à Buhl, qui a retrouvé le plancher des vaches en à peine 17 minutes… au lieu de la journée et demie nécessaire pour compléter les nombreux rappels et la marche de retour vers la civilisation.

En deux équipes de trois grimpeurs, Buhl et ses copains de cordée ont gravi la voie Ragni.

Le magazine Rock and Ice souligne que la descente en parapente avait déjà été effectuée deux fois auparavant, soit par les frères Michael et Matthias Pinn en 1988, puis par Roman Tschurtschenthaler en 1991. Mais dans les deux cas, les parapentistes s’étaient fait déposer sur le sommet en hélicoptère.

Grimpeur de grand talent, il est étonnant de savoir que Buhl est relativement nouveau en parapente, lui qui s’y est mis il y a à peine un an!

«Cet automne j’ai volé passablement», a-t-il expliqué à Rock and Ice. «Mais je suis loin d’être un bon pilote.»

Difficile alors d’imaginer ce qu’il pourra accomplir lorsqu’il aura fait ses classes!


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur SoundcloudSpotifyiTunesGoogle Play Music ou à JSMassicotte.info.

Un kayakiste miraculé dans les Everglades

Disparu au coeur des Everglades, un kayakiste de 67 ans a été retrouvé miraculeusement lundi, près de deux semaines après le début de son excursion en solitaire.

Sauvé in extremis, l’Américain Mark Miele peut notamment dire merci à la chance… et à la technologie, qui ont permis d’aiguiller les forces de l’ordre dans leur sauvetage.

Les secouristes transportent vers l’hôpital le kayakiste Mark Miele. — Photo tirée de Facebook / Collier County Sheriff’s Office

Parti pour une semaine en kayak dans le mythique Wilderness Waterway le 22 janvier, un parcours pagayable qui sillonne le labyrinthe qu’est la forêt de palétuviers des Everglades, Miele n’a plus donné signe de vie après avoir dépassé la date de son retour, le 29 janvier.

Les recherches enclenchées, les équipes sur le terrain avaient bien peu d’information pour diriger leurs efforts.

C’est finalement quand un sac a été retrouvé sur la rive de la rivière Lopez dimanche que les secours ont eu enfin une piste. Le mystérieux bagage renfermait en fait le portefeuille et le cellulaire du malheureux.

En retraçant les dernières données de localisation de l’appareil mobile de Miele, le service de police de Collier County a pu délimiter une zone où l’homme de la Virginie pouvait être.

Ce n’est que lundi qu’un corps flottant sur le dos a été aperçu par un hélicoptère au milieu d’un secteur du Waterway (voir la vidéo ci-dessous).

Affaibli, en hypothermie et baignant dans des eaux infestées d’alligators et d’autres bestioles, Mark Miele était pourtant vivant, à la surprise générale.

Car heureusement, le kayakiste portait sa veste de flottaison individuelle.

Pour la famille, il s’agit d’un véritable miracle qu’il ait pu survivre et qu’il s’en tire de la sorte. Hospitalisé à Naples, Miele récupérait et était aux dernières nouvelles dans un état stable.


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur Soundcloud, Spotify, iTunes, Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

En escalade solo sur la glace… un kayak attaché à son harnais!

Ce n’est pas nécessairement parce que c’est possible que c’est une bonne idée. Ou encore qu’il faut le faire…

C’est ce qu’on se dit en regardant la vidéo mettant en action un certain Steven Frisch.

Question de faire la démonstration qu’il pouvait facilement grimper en solo intégral (sans corde ou autre forme de protection) sur la glace jusqu’au très respectable niveau WI5, l’Américain a décidé de tenter l’aventure avec un kayak d’environ 45 lb attaché à son harnais.

La séquence tournée sur Bridal Veil Falls, à Valdez en Alaska, date de 2015. Elle est curieusement réapparue ces derniers jours sur des sites spécialisés comme celui du magazine Climbing par un tour de magie que seul Internet connaît.

Pour Frisch, l’encombrement du kayak est l’argument ultime prouvant son aisance sur la glace verticale. «En plus, n’importe quel défi extrême possède un attrait!» a-t-il justifié aux internautes qui questionnaient sur YouTube les motivations derrière pareille cascade.

Steven Frisch en solo… avec son kayak. — Photo tirée d’une vidéo YouTube

Pas nécessairement l’exploit le plus élégant, mais c’est certainement la preuve que lorsqu’il est question de tester le talent, il y en a pour tous les goûts.

Et comme le disait si bien Céline… «Take a kayak»!


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur Soundcloud, Spotify, iTunes, Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

L’Everest à 70 ans pour l’increvable Marc Batard

Assurément, le Français Marc Batard a trouvé la fontaine de Jouvence. À 68 ans, il s’est remis à grimper sur les plus hauts sommets de la planète à un rythme effréné, lui qui se prépare même à retourner à l’Everest pour ses 70 ans.

Marc Batard posait ce mois-ci en compagnie du désormais célèbre alpiniste Nirmal «Nims» Purjal sur les flancs de l’Aconcagua. — Photo tirée de Facebook

L’alpiniste d’expérience prévoit s’attaquer au toit du monde sans oxygène en 2022, point d’orgue d’une série d’aventures sur les sommets les plus élevés de la planète qui vise le financement de sa future école de guides spécialisés dans la très haute altitude.

Marc Batard a frappé l’imaginaire en septembre 1988, lorsqu’il a réalisé une ascension record de l’Everest (8848 m) sans oxygène en 22h29min depuis le camp de base de la face Sud. Une marque qui tient toujours. Le Livre des records Guinness le présente d’ailleurs comme le premier à avoir réalisé l’ascension du géant en moins de 24h.

Disparu de l’avant-scène de la montagne et des ascensions engagées depuis près de 25 ans, Batard semble avoir retrouvé ses repères et le désir d’évoluer en altitude avec grand appétit.

Récemment, en  janvier, le sexagénaire a réalisé deux fois l’ascension d’affilée de l’Aconcagua (6962 m), ultime sommet des Amériques, en Argentine.

Pour celui qui est encore connu comme le «sprinter de l’Everest», ce retour à l’action en route vers le toit du monde est une occasion de joindre l’utile à l’agréable. «L’Everest, c’est un défi personnel, pour me faire plaisir. Mais l’idée, c’est aussi d’utiliser les médias pour rassembler des fonds pour le projet d’école de guides au Népal. Ça marche bien, on avance sereinement», a-t-il résumé en entrevue à Montagnes Magazine.

L’opération baptisée «La caravane de la transmission – L’Everest en partage» se décline en six étapes dans les Alpes et dans l’Himalaya, incluant l’exploit à venir à l’Everest.

Chemin faisait, Marc Batard souhaite ainsi soutenir la création de la première école de formation des métiers de guide de très haute montagne au Népal, l’Himalayan International Mountaineering School (HIMS).

Un legs pour le Français qui croit que l’éducation des professionnels de la montagne de tous les horizons doit être améliorée, en particulier quand vient le temps de guider sur les plus hautes cimes du monde.

La vidéo ci-dessous donne un aperçu physique du projet imaginé.


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur SoundcloudSpotifyiTunes  Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

Jornet, Fosberg, Sansoz et cie dominent des ordures pour la bonne cause

Les sessions photographiques de Dom Daher sont superbes malgré le fait que les modèles, des personnalités de l’aventure comme les coureurs et montagnards Kilian Jornet et Emilie Fosberg, ou encore la grimpeuse et alpiniste Liv Sansov, se retrouvent en action parmi les détritus.

Une façon de marquer les esprits pour Daher et les 10 sportifs mis en lumière de la sorte. Pour cette campagne baptisée «Une bouteille à la mer», une initiative du freeskieur Mathieu Navillod, l’idée était de mettre en contexte certains des premiers acteurs à constater directement la dégradation des milieux naturels.

Kilian Jornet, Emelie Fosberg, Liv Sansoz, Jean-Frédéric Chapuis (skicross, VTT), Mathieu Navillod (freeski), Stéphane Tourreau (apnée), Zébulon Roche (alpinisme, parapente), Rico Leroy (surf, SUP), Laurie Renoton (course en sentier, VTT, ski alpinisme) et Romain Raisson (parapente, freeski) posent ainsi pour Dom Daher dans des environnements sombres et sales qui tranchent avec ceux où l’on est habité de les voir évoluer, en grande nature.

Campagne avec Emilie Fosberg — Photos Dom Daher
Campagne avec Romain Raisson — Photos Dom Daher
Campagne avec Kilian Jornet — Photos Dom Daher

Sur le site Web du projet, Kilian Jornet explique le passage à l’action:

«Cette prise de parole collective me semble importante au moment où l’on sent les gens de plus en plus réceptifs au discours sur l’environnement. En tant qu’athlète de haut niveau, je suis acteur de cette pollution : on voyage partout dans le monde, on a beaucoup de matériel. Il y a quelques années, on prenait des hélicos pour les tournages, on parcourait la planète dans tous les sens en avion. Une vraie hérésie, avec le recul. Mais on peut se racheter et c’est le moment de le faire. La question est : comment réduire cette empreinte? Pour ma part, en réduisant mes allées et venues, en prenant le train quand c’est possible, en mangeant des légumes de mon jardin, en ayant l’habitation la plus écologique possible. Je sais que tout le monde ne peut pas se permettre de manger bio, que c’est une sorte de privilège, mais on peut faire du lobbying auprès des grosses compagnies alimentaires pour les obliger à faire du vrai bio bon marché. On a crée des montagnes de poubelles, mais en triant et en recyclant, on peut les réduire considérablement.»

La campagne présente du coup des statistiques frappantes liées à notre effet sur l’environnement, ou encore encourageant le recyclage ou d’autres moyens pour faire sa part et aider la nature.

De quoi attirer l’attention et faire réfléchir le public… et les athlètes eux-mêmes.

Car seul bémol, la remarque d’observateurs qui trouvent un peu hypocrite l’association entre certaines de ces vedettes et des commanditaires au coeur de réelles préoccupations environnementales. Le cas de Jornet et son partenaire Volvic, l’eau en bouteille, fait notamment sourciller depuis un moment.

Faut-il s’en offusquer? Vous en pensez quoi?


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur Soundcloud, Spotify, iTunes  Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

La glacière la plus «cool» au monde!

Brisons le suspense d’entrée de jeu: la glacière «Frankenstein» imaginée par Onewheel en collaboration avec YETI n’est qu’une création unique pour rigoler. Mais reste que le résultat est franchement cool!

Une blague qui a fait tout de même son chemin jusqu’au dernier Consumer Electronics Show (CES), le prestigieux salon de l’électronique présenté annuellement à Las Vegas.

Au kiosque de Onewheel, le Coolerwheel a fait jaser à profusion.

Pour ceux qui découvrent la jeune entreprise californienne, elle est derrière l’un des moyens de transport électriques personnels les plus intéressants du moment: le Onewheel.

Un moyen de transport, mais aussi un équipement récréatif unique pour dompter le bitume et les sentiers divers, le tout se situant entre le skateboard, la planche à neige, le surf et le hover board de Retour vers le futur

Le Onewheel Pint en action — Photo tirée de Facebook @OnewheelOfficial

Une seule roue surdimensionnée au centre de la planche, une autonomie qui va jusqu’à 29 km, une vitesse de pointe qui peut frôler les 30 km/h, un éclairage et des capteurs pour agrémenter la promenade, le tout connecté au téléphone intelligent de l’utilisateur pour suivre et contrôler le comportement du Onewheel.

C’est pas mal cool comme bidule, non?

Alors tant qu’à repousser l’ordinaire, pourquoi ne pas utiliser une glacière YETI comme chassis au véhicule, question de pouvoir transporter nos boissons favorites?

Résultat, probablement la glacière la plus technologique et rapide au monde.

Simplement parce que c’était possible de la fabriquer.

Des intéressés?


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur SoundcloudSpotifyiTunesGoogle Play Music ou à JSMassicotte.info.

Images d’un spectaculaire sauvetage en rivière

Il devient facile d’oublier les risques encourus en kayak de rivière, lorsque les limites sont repoussées.

Ramené en circulation sur les réseaux sociaux récemment, un extrait d’une série documentaire du National Geographic en fait l’ultime démonstration.

Le kayakiste Ryan Lucas a passé de très longues minutes immergé après avoir perdu conscience. — Image tirée d’une vidéo

Une descente calculée pour des kayakistes expérimentés vire soudainement au cauchemar. L’action date d’il y a quelques saisons, en février 2017 en Nouvelle-Zélande, et met en action le Québécois Mike Roy, membre du collectif Québec Connection.

Tout bascule quand le kayakiste d’expérience Ryan Lucas atterit à plat en sautant une chute de 25 mètres dans le parc Kaimanawa et perd conscience.

À l’eau pour assurer sa sécurité, Mike Roy fait alors l’impossible pour tirer son copain insconcient du pétrin. De longues minutes s’écoulent durant lesquelles Lucas reste immergé…

Malgré la panique bien réelle que l’on peut entendre et percevoir chez Roy, les caméras GoPro embarquées donnent un aperçu du sang-froid du Québécois dans ses efforts pour sauver et réanimer son malheureux compagnon.

S’ensuit une situation de survie qui encore aujourd’hui donne des frissons.


(Re)découvrez les épisodes de la saison 01 de L’Appel de l’aventure — votre balado plein air

Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur Soundcloud, Spotify, iTunes, Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

De très, très joyeuses Fêtes!

En cette période de bilans et de fin d’année, le moment est bien choisi pour vous transmettre nos plus sincères remerciements et meilleurs voeux.

D’ici son retour en 2020, toute l’équipe de L’Appel de l’aventure tient à vous dire un immense merci pour votre intérêt envers le podcast et le blogue en 2019.

Sébastien Lapierre, Joanie St-Pierre et Jean-Sébastien Massicotte durant l’enregistrement du dernier épisode de la saison 01 de L’Appel de l’aventure. — Image tirée d’une vidéo

De la part de Sébastien Lapierre et de Joanie St-Pierre, de même qu’en mon nom personnel, nous vous souhaitons de très, très joyeuses Fêtes.

Et que votre année 2020 soit remplie d’aventures spectaculaires et dépaysantes.

Je profite également de l’occasion pour remercier officiellement nos précieux et nombreux invités qui nous ont fait confiance et qui ont osé s’installer devant notre micro pour se raconter. Merci les ami(e)s!

Merci également à nos fidèles partenaires de la première heure: Arc’teryx et la boutique Pagaie Québec. Partagez notre affection pour ces deux entreprises en magasinant chez eux sans modération!

De notre côté, nous poursuivons notre planification et nos efforts pour vous revenir en force pour la saison 02. Les idées ne manquent pas et nous vous réservons des surprises!

Notez que le balado L’Appel de l’aventure, principal podcast plein air au Québec, est produit et réalisé de manière entièrement indépendante. Démontrez donc votre appartenance et votre soutien à votre podcast plein air préféré en soutenant ses créateurs sur Patreon ou encore directement.

Nous vous remercions à l’avance de faire une différence pour la suite et d’être encore au rendez-vous prochainement.

Jean-Séb.