Everest: derrière l’image dramatique, l’exploit du surhomme Nirmal «Nims» Purja

Le 22 mai, Nirmal Purja a pris cette photo durant sa descente du sommet de l’Everest (8848 m). Devenue virale, l’image a mis en lumière l’achalandage monstre cette saison sur le toit du monde. Purja a estimé à 320 grimpeurs qui espérait toucher au sommet seulement ce jour-là. — Photo tirée d’Instagram @nimsdai

Vous avez vu l’incroyable image. Une longue file dense de grimpeurs dans les derniers mètres qui mènent au sommet du toit du monde, à 8848 mètres d’altitude.

Honnêtement, si je n’avais pas suivi le déroulement de cette intense saison 2019 à l’Everest, j’aurais cru à un montage Photoshop. Pourtant, un mélange de fenêtres météo limitées et de permis d’ascension nombreux ont mené à cette situation dramatique bien trop réelle…

J’ai eu un malaise et un vertige à imaginer ce que devait vivre les dizaines de grimpeurs ainsi «embouteillés» dans la zone de la mort, exposés aux effets de l’altitude et de la météo.

Ce jour-là, ils étaient environ 320
à vouloir atteindre le sommet

Ils étaient environ 320 à vouloir atteindre le sommet ce jour-là seulement, selon le grimpeur Nirmal «Nims» Purja. Le 22 mai, il était du nombre. Victorieux, c’est lui qui a pris durant la descente la photo qui est depuis devenue virale.

Une image qui a frappé l’imaginaire collectif et qui a mis en lumière l’achalandage monstre cette saison sur le toit du monde. Un facteur de plus qui ajoute aux risques d’une ascension déjà périlleuse.

Mais pour «Nims», c’était une simple journée de plus au bureau dans sa quête incroyable de gravir les 14 sommets de 8000 mètres de la planète… en sept mois continus!

Un record qui exploserait de façon spectaculaire la marque précédente détenue par le regretté Coréen Kim Chang-Ho, en 7 ans, 10 mois et 6 jours.

Plusieurs d’ailleurs mettaient en doute la possibilité de réaliser pareil défi colossal en si peu de temps. Mais ces derniers jours, «Nims» a donné le ton et démontré de quelle bouse de yak il se chauffait.

En moins de trois jours, l’ancien officier des forces spéciales britanniques a enchaîné l’Everest, le Lhotse et le Makalu. Son record précédent pour ce tour du chapeau était de cinq jours.

C’est ainsi qu’en 31 jours seulement, il a déjà soustrait six sommets (Dhaulagiri, 8167 m / Kangchenjunga, 8586 m / Everest, 8848 m / Lhotse, 8516 m / Makalu, 8485 m / Annapurna, 8091 m) à la prestigieuse liste.

C’est ce qui s’appelle démarrer en lion!

Ce qu’il a baptisé Project Possible arrive maintenant dans sa deuxième phase du côté des 8000 mètres pakistanais. Et la partie n’est pas gagnée.

Il faut dire que l’aventure n’a pas été de tout repos… et pas seulement pour les raisons qu’on devine.

Déjà, l’équipe du surhomme népalais a dû faire face à deux sauvetages risqués en haute altitude où il y a eu morts d’hommes. Notamment celui très médiatisé concernant le Malaysien Chin Wui kin, un médecin porté disparu et présumé mort sur l’Annapurna pendant une quarantaine d’heures après avoir atteint le sommet.

Dans la séquence vidéo ci-dessus, on voit «Nims», dans sa combinaison complète en duvet à motif camouflage, s’adresser au pauvre Dr Chin attaché dans un traîneau de fortune, avant une délicate descente en rappel.

«Mon ami, tu restes fort OK? Tu t’en vas à la maison. OK? Tu es OK? […] On travaille très fort pour toi!» lance en anglais Nirmal Purja au Malaysien, qui répond par des râlements aux encouragements du Népalais.

Gravement atteint, mais évacué vivant de la montagne, l’homme est finalement mort une fois rendu dans un hôpital de Singapour quelques jours plus tard.

Si tout va comme il le souhaite, Nirmal Purja pourrait compléter sa collection de 8000 mètres en octobre.

D’ici là, il devra assurer le financement de l’aventure, qui n’est toujours pas bouclé pour la suite. Une collecte sur gofundme est d’ailleurs en cours pour amasser plus de 500 000 $CAN.

Car au-delà de l’exploit sportif, il y a toute la logistique derrière la quête du Népalais d’origine. Notamment les permis, l’équipement et l’encadrement, mais aussi le transport en hélicoptère entre les différents sommets.

Un déploiement lourd pour favoriser la vitesse qui ne fait pas l’unanimité dans la communauté de la montagne, notamment chez les plus traditionnels pour qui le style dicte tout.

Car «Nims» utilise de l’oxygène supplémentaire pour les ascensions et emprunte les voies normales, utilisant les cordes fixes quand elles sont nécessaires et disponibles.

Et bien de son temps, le grimpeur n’hésite pas à documenter et commenter ses ascensions — parfois de manière sensationnaliste — sur les réseaux sociaux.

Mais avouons-le, ça fait un bon show.

Pour ne rien manquer de l’expédition: Facebook et Instagram.


Découvrez la baladodiffusion L’Appel de l’aventure sur Soundcloud, Spotify, iTunes, Google Play Music ou à JSMassicotte.info.

Suivez-moi

Jean-Sébastien Massicotte

Journaliste pendant 15 ans au quotidien Le Soleil, à Québec, Jean-Sébastien Massicotte a signé la chronique et animé le blogue Plein Air de ce journal de 2011 à 2018. Désormais chroniqueur plein air et créateur de contenu d'aventure indépendant, il est à la barre du podcast L'Appel de l'aventure. Et comme toujours, l’Abitibien d'origine ne rate jamais l’occasion de passer à l’action pour le bénéfice d’une bonne histoire.
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *